FAQ

Comment naviguer dans le site RAPPELS ?
Je ne trouve pas les informations sur un spectacle que j’ai vu
Je ne vois pas les spectacles de la saison en cours 
Pourquoi  se concentrer sur les productions issues des scènes de T.A.I. ?
Tous les spectacles de T.A.I. sont-ils recensés ?
Les tournées des spectacles sont-elles prises en compte ?
Quelle place est faite aux spectacles non francophones ?
Quelle place est faite aux spectacles étrangers ?
Qu’est-ce qu’une création québécoise?
Quelles sont les fonctions recensées ?
Pourquoi certaines fonctions sont-elles écrites en anglais?
Quelles sont les sources d’informations ?
Pourquoi n’y a-t-il pas de photos ?
Quel est le rôle du comité scientifique ?
Quelle est la particularité de RAPPELS ?
Quelles sont les prochaines étapes ?

Comment naviguer dans le site RAPPELS ?
Une recherche, simple ou avancée, peut être effectuée à partir d’un nom,  d’un titre, d’une fonction ou d’une date, au moyen de tout critère apparaissant dans la grille de recherche, ou selon diverses combinaisons de ces données. Les résultats donnent à voir l’ensemble des crédits en lien avec une production, l’ensemble des réalisations auxquelles une personne a contribué à un titre ou l’autre, les divers interprètes ayant joué un même rôle, la liste des rôles tenus par un.e interprète,  les créations présentées à l’intérieur d’une période donnée, ou celles produites par une compagnie en particulier, par exemple. Tous les champs documentés pour un spectacle ou la combinaison de ceux-ci sont interrogeables.

Je ne trouve pas les informations sur un spectacle que j’ai vu
Vous avez peut-être effectué une recherche erronée. Si, par exemple, vous cherchez à savoir qui tenait le rôle-titre dans la comédie de Molière et que vous avez inscrit « Don Juan » dans la recherche de titre, vous n’obtiendrez que les résultats des pièces Le dernier des Don Juan et  L’autre Don Juan car la pièce de Molière a pour titre Dom Juan. Elle serait cependant apparue dans les résultats de recherche avec la simple inscription du mot « Juan ».

Par ailleurs, l’état actuel du site ne couvre que la recension des productions de compagnies québécoises présentées sur les scènes des huit compagnies membres du regroupement Théâtres associés (T.A.I.) inc. Si le spectacle recherché a été présenté ailleurs, il ne figure pas dans le site dans le site actuel.

Je ne vois pas les spectacles de la saison en cours 
Comme sa dénomination l’indique, RAPPELS se penche sur les spectacles qui ont été joués et non sur ceux à venir ou en cours de diffusion, à moins que leur création ne date d’une saison antérieure. Pour l’actualité théâtrale des membres de T.A.I., on consultera plutôt le site de chacune des compagnies membres ou d’autres sites (voir la section Liens d’intérêt).

Pourquoi se concentrer sur les productions issues des scènes de T.A.I.  ?
RAPPELS est un site en évolution. Son ambition est de couvrir progressivement la totalité du champ théâtral de toutes les régions du Québec, depuis les tout débuts de la professionnalisation de cet art.  Théâtres associés (T.A.I.) inc. est le promoteur du projet, il allait de soi que la première étape consiste à documenter les productions de ses membres et celles des compagnies accueillies sur leurs scènes. Ce regroupement représente l’une des forces vives de la vie culturelle au Québec. Chacune des huit compagnies membres occupe et anime en permanence un lieu théâtral qui lui est identifié. Durant les années 1950, 1960 et 1970, les programmations des compagnies de T.A.I. constituaient la quasi-totalité des spectacles offerts en saison au public adulte. En outre, elles disposaient des meilleurs moyens de production de l’époque. Ce sont leurs plateaux qui en ont accéléré la professionnalisation des métiers de la scène, qu’il s’agisse de conception et de réalisation de décors, de costumes, d’éclairage et ce que l’on nomme dorénavant les écritures scéniques. Grâce, notamment, aux deuxièmes scènes de certaines compagnies (la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Peletier ou la Salle Jean-Claude Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui), une multitude de jeunes compagnies sont traitées de façon partielle par le biais des spectacles qui ont été accueillis sur les scènes de T.A.I. Ce dernier constituait donc un point de départ par excellence ― chacune de ces compagnies étant encore active et disposant d’une documentation étoffée sur ses productions.

Tous les spectacles de T.A.I. sont-ils recensés ?
On ne trouvera dans RAPPELS que les productions de nature théâtrale, et ce, par choix éditorial et sans mésestimer l’intérêt parfois grand, voire historique, de certaines manifestations (pensons aux Chansons et poèmes de la résistance, présenté à la fin des années 1960 au TNM ou encore à l'Osstidcho présenté au Théâtre de Quat'Sous, en 1968). D’autres sites, aux  visées documentaires plus larges pourront en faire état. Ainsi, n’ont pas été pris en compte les tours de chant, lectures publiques,  productions de finissants d’une école de théâtre, à moins que ces dernières n’aient été reprises en saison régulière et en dehors du contexte académique, spectacles d'humour ou de danse, productions d’amateurs données dans le cadre d’événements spéciaux, etc. 

Les tournées des spectacles sont-elles prises en compte ?
Sauf exception, la diffusion des spectacles consignée dans RAPPELS concerne essentiellement celle ayant eu lieu sur les scènes des Théâtres associés : date de début et de fin des représentations si connue, lieux (certains théâtres ont occupé diverses salles au cours des ans) et nombre de représentations. Une information plus exhaustive en matière de tournée est envisagée dans une phase de développement ultérieur. Ainsi, et pour prendre un exemple, le spectacle Broue a connu 3 322 représentations entre 1979 et 2017. Seules apparaissent actuellement les dates des 37 représentations données sous l’égide de la Compagnie Jean Duceppe au Théâtre Port-Royal, en septembre et octobre 1980. Une note précise toutefois le nombre total de représentations et l’exceptionnelle longévité de cette production. Éventuellement, le détail de la diffusion apparaîtra dans RAPPELS une fois l’ensemble du projet terminé. On trouvera néanmoins certaines exceptions, qui touchent particulièrement les premières années d’existence des compagnies puisque la documentation, parfois difficile à réunir, était accessible lors de la saisie de données.

Quelle place est faite aux spectacles non francophones ?
L’ambition de RAPPELS est d’incorporer progressivement les productions théâtrales professionnelles anglophones ou allophones du Québec issues d’autres secteurs que celui des Théâtres associés. De par sa nature, ce regroupement de producteurs présente essentiellement des productions en français, hormis quelques spectacles du Théâtre du Nouveau Monde dans ses toutes premières années, lesquels figurent dans le site.

Quelle place est faite aux spectacles étrangers ?
Dans son état actuel, on ne trouvera dans RAPPELS que les productions des compagnies québécoises présentés sur les scènes des Théâtres associés et celles des compagnies étrangères si ces dernières ont été coproduites par une compagnie du Québec. En contrepartie, il sera fait mention, dans une phase de développement à venir, du rayonnement que peut avoir connu hors-frontières une production québécoise. Il s’agit d’un choix éditorial avalisé par le comité scientifique qui découle de la difficulté de documenter la diffusion ailleurs dans le monde des spectacles étrangers présentés au Québec. On peut toutefois concevoir que, dans le futur, des recherches conduisent à inclure une nouvelle section au site traitant de cet aspect.

Qu’est-ce qu’une création québécoise?
Le critère « création québécoise » constitue l’une des clés de recherche de RAPPELS. Il s’applique aux productions théâtrales québécoises ayant recours ou non à un texte lorsqu’elles sont portées à la scène une première fois. Quand elles sont reprises à l’identique, plus tard ― habituellement une ou deux saisons après la création ― elles demeurent inscrites dans le sillage de la création dès lors que les assises conceptuelles, la mise en scène et les éléments matériels du spectacle (scénographie, costumes, etc.) demeurent inchangés ou s’adaptent aux contraintes que posent les nouveaux lieux de diffusion. Des remplacements dans la distribution peuvent intervenir mais il s’agit, au final, de la même proposition théâtrale. Dans le domaine du jeune public, il est fréquent de voir des créations maintenues durant plusieurs années dans l’offre de spectacles d’une compagnie avec des distributions changeantes.

La notion « québécoise » si elle relève de l’évidence dans la plupart des cas, ne se limite cependant pas qu’à la nationalité de l’auteur.e. mais prend en compte d’autre facteurs, comme le fait qu’un.e auteur.e né.e ailleurs qu’au Québec ait passé un moment significatif de son existence au Québec durant lequel son œuvre ou une partie de celle-ci a été portée à la scène, au Québec. Dès lors, ce corpus d’œuvres est considéré « d’intérêt québécois » et répertorié parmi les œuvres québécoises.

Quelles sont les fonctions recensées ?
RAPPELS dresse la liste des personnes qui ont exercé une fonction de conception ou de nature artistique dans un spectacle ― incluant leurs assistant.e.s ― ainsi que les interprètes. Les fonctions strictement techniques n’ont pas été retenues. Les personnes agissant comme régisseur.e.s sont mentionnées car elles se substituent généralement au/à la metteur.e en scène pour la conduite du spectacle après le départ de celui.celle-ci. Le choix de s’en tenir uniquement à certaines fonctions dûment identifiées a cependant posé problème de façon rétroactive. Par exemple : dans les programmes, les crédits attribués à l’éclairage n’apparaissent qu’au milieu des années 1960 bien qu’à l’évidence, les productions antérieures étaient éclairées, mais avec des supports techniques moins élaborés que maintenant. Comment savoir qui était alors responsable de la conception des éclairages ? La personne ayant le statut de metteur en scène ou celui de chef électricien ? Si l'on décrète, par exemple, que le statut de chef électricien devait correspondre, à l’époque, à celui de responsable de l’éclairage, on fait face à un problème puisque, plus tard, la fonction de chef électricien coexiste avec celle d’éclairagiste. RAPPELS a opté pour ne s’en tenir qu’aux crédits correspondant aux appellations d’aujourd’hui. Dans l’exemple que l’on vient d’évoquer, aucun crédit n’apparaît donc pour la conception d’éclairage dans les résultats de recherche, à l’image en cela de ce que pouvait lire, ou plutôt ne pas lire, le public qui avait en mains le programme du spectacle au moment de sa représentation. Dans certains cas, des fonctions plus difficiles à cerner aujourd’hui apparaissent dans la section « Autres contributions », notamment pour les « directeurs de scènes » dans les années 1950, dont on peut croire qu’ils faisaient office de régisseurs avec toutefois moins de responsabilités d’ordre technique. Enfin, RAPPELS  n’a pas normalisé le libellé des diverses fonctions retenues mais les reconduit telles qu’elles figurent dans les programmes : on pourra ainsi lire pour un même concepteur dans diverses productions : décor ou décors, décorateur, scénographe, scénographie ou dispositif scénique; ou encore lumière, lumières, conception de l’éclairage, éclairages, etc.

Pourquoi certaines fonctions sont-elles écrites en anglais ?
Le contenu de RAPPELS porte sur les productions théâtrales professionnelles francophones et anglophones produites ou coproduites au Québec. On peut y naviguer dans l’une ou l’autre langue au moyen d’une interface française ou anglaise. Les programmes remis aux spectateurs constituent la provenance privilégiée des données. Dans les résultats de recherche, les fonctions sont écrites dans la langue du programme. Lorsqu’un spectacle a été joué parfois en français et parfois en anglais par une même équipe, deux entrées spécifiques ont été créées avec, dans les deux cas, une mention de cette autre langue; un hyperlien mène de l’une à l’autre. Si une production québécoise a connu une diffusion en traduction dans une autre langue que l’anglais ou le français, c’est-à-dire si les interprètes ont joué ce spectacle dans une autre langue, cette mention apparaît dans la fiche de la langue de création. Si ce spectacle a aussi été joué en français et en anglais, la mention de la troisième langue apparaîtra dans les deux fiches.

Quelles sont les sources d’informations ?
La principale source d’information provient des programmes de théâtre remis aux spectateurs, car on y trouve aussi, et souvent là uniquement, le nom des personnages, ce qui constitue une clé de recherche importante. Ces sources sont complétées par d’autres documents issus des compagnies ― communiqués de presse, documents promotionnels ―, contenant notamment les dates de représentation car souvent cette mention est absente des programmes. Les ressources sur lesquelles s’appuie le projet RAPPELS ne lui permettent pas, dans l’état actuel des choses, de compléter les informations parcellaires, particulièrement au chapitre de la diffusion et qu’on pourrait trouver ailleurs, notamment dans la presse écrite. Il arrive aussi que des informations contradictoires proviennent de la documentation issue des compagnies, notamment sur les dates de début ou de fin des représentations. Dans ce cas, l’information retenue a été celle de la source la plus proche de la tenue de l’événement.

Pourquoi n’y a-t-il pas de photos ?
On trouve des photos de production dans les programmes des spectacles auxquels on peut accéder grâce à leur mise en ligne par BAnQ, au moyen de l’hyperlien apparaissant dans les fiches des spectacles. Il est envisagé qu’au cours des prochaines années et dans un développement ultérieur, RAPPELS permette de voir des photos de productions ou le visionnement d’extraits de spectacles. 

Quel est le rôle du comité scientifique ?
Les membres du comité scientifique de RAPPELS s’expriment à titre individuel et non comme représentant.e.s de quelque instance à laquelle ils.elles collaborent ou à laquelle elles.ils ont pu appartenir.  Le rôle du comité a notamment porté sur l’inclusion ou non de certaines fonctions, sur le type de présentation des résultats de recherche en regard des objectifs annoncés et, plus globalement, sur les orientations du site et sur ses perspectives de développement.

Quelle est la particularité de RAPPELS ?
On peut trouver une multitude de renseignements recensés par diverses instances sur les spectacles présentés au cours des dernières décennies. Mais aucune d’entre elles ne s’est donné le mandat de documenter toutes les composantes des spectacles professionnels de théâtre produits ou coproduits au Québec ni leur rayonnement. Ou encore de permettre de saisir l’ensemble des réalisations au théâtre d’un.e interprète, d’un concepteur ou d’une conceptrice, ou celles d’un.e metteur.e en scène, par exemple. Ni de cibler une période de temps pour voir de façon comparative ce qui était offert au public. En outre, l’information disponible ― en particulier les données relatives aux productions plus anciennes ― est souvent inerte, disponible uniquement sur support papier ou dans sa traduction en format PDF. La particularité de RAPPELS est sa malléabilité et les liens qu’il génère dans ses diverses composantes. Il appartient à la personne qui en fait usage de circonscrire les objets de sa recherche dans cette banque de métadonnées.

Quelles sont les prochaines étapes ?
Plusieurs options de développement du site sont envisageables, qu’il s’agisse des spectacles de compagnies qui se destinent principalement aux jeunes publics, des spectacles de langue anglaise, des productions présentées dans les théâtres d’été, celles des compagnies professionnelles jouées en dehors des scènes de T.A.I., ou encore celles du passé, jusqu’au début de la pratique professionnelle de cet art. Les choix du comité scientifique tiendront compte des possibilités de collaboration des associations ou des organismes existants et des sources de financement disponibles pour la poursuite des recherches.